Soon pour Expolaroid Marseille 2016

La photographie instantanée a sa fête : Expolaroid. Cette fête est devenu international en 3 ans, à Marseille ça se passe  du 14 au 24 Mai dans la galerie de Marseille 3013. L’évènement est organisé par le collectif Soon.
A cette occasion j’ai rencontré 3 des membres de ce collectif, on a parlé collectif, photographie, polaroid et Expolaroid bien-sûr ! C’est chez Raphaël Arnaud en pleine préparation d’Expolaroid avec Emmanuel Ferrand et Superficielle que je suis arrivé. Un entretien avec vue sur la Bonne Mère ça ne se refuse pas !

13012848_1329609140401499_7690784658475324715_n

© Raphael Arnaud

 

Pour commencer Soon, pour ceux qui ne connaissent pas encore, c’est 9 photographes de Marseille, bien qu’ils ne soient pas obligatoire d’être d’ici pour en faire partie, les derniers arrivants Camille Crespo et Remi Bagues exposeront aussi sur Expolaroid.
Chaque membres du collectif pratiquant la photographie instantanée, ils ont logiquement proposé d’organiser l’évènement marseillais depuis 2013, avec cette année 2 invités : Mathieu Do Duc et Alexandre Bouchon (membre de Expolaroid Rennes également).
Après Expolaroid 2014 le petit groupe de photographes présents commençait à se souder et l’idée du collectif Soon est née…

13091946_1333675493328197_7390094296134643008_n

En présence de ces pratiquants et passionnés de polaroid la première question qu’on a envie de poser c’est “Pourquoi le polaroid encore en 2016 ??”

Les 3 photographes sont unanimes, c’est de l’argentique donc il y a un certain côté affectif, l’instantané ajoute beaucoup d’autres facteurs comme le côté un peu aléatoire du rendu de la photo une fois sortie du boitier, le rendu du positif peu même être différent de celui du négatif : le fait de donner le positif au sujet de la photo crée un certain lien et installe une confiance, le photographe qui récupère le négatif pour lui après un processus de javellisation n’est même pas sûr d’avoir le même rendu… On appelle ça aussi des fois “la magie de l’argentique” (mais seulement quand il ne nous vient que de bon souvenirs à l’esprit !).
La pratique de la photographie instantanée se différencie de toutes les autres pratiques photo du fait que l’on peu donner la photographie, le sujet peut la toucher et la voir physiquement tout de suite…

13092035_1337198449642568_5056545194128914814_n

© Mathieu Do Duc

Mais parlons peu parlons bien : Expolaroid.
Pour cette édition 2016 chaque photographes nous présentera de nouveaux projets ou des tirages encore jamais exposés au public, comme Raphaël, Emmanuel et Superficelle sont sympa ils m’ont déjà parlé de certains projets et moi comme je vous aime bien je vais vous en parler mais pas trop quand même :

Raphaël Arnaud – “Périphérie du rêve”
Il nous présentera une série de 13 tirages autour de l’inconscient et du rêve…

Emmanuel Ferrand – “Cap Pinède”
Le photographe à suivi une famille de Roms du Cap Pinède, loin des clichés présentés au quotidien Emmanuel nous parle d’une population mal jugée et très humaine…

Superficielle – “Memento Mori”
Sous ce pseudo se cache une fille qui se dit plus plasticienne que photographe, elles racontera une histoire du film polaroid, “memento mori” se traduit pas “souviens-toi que tu va mourir”, Quand la photographie sensée fixer un temps démontre, par sa fragilité matérielle, sa fuite inexorable.

Daniel Battistelli – “Vélodrome Intime”
Une série douce et épuré d’un lieu connu par tous les marseillais comme étant un lieu bruyant, festif, vibrant et sportif. Une vision différente du stade Vélodrome photographié au polaroid par l’un de ses supporter…

Chris Garvi – “Portrait de rue”
Le photographe est un photographe de rue, il se promène le plus souvent avec son Leica M6, cette fois-ci c’est au Polaroid qu’il a photographié la rue, une manière différente de pratiquer la street photography par la taille du boitier, le bruit, etc…

Mathieu Do Duc – “Benin”
Le Bénin est le berceau du Vaudou et il faut être extrêmement précautionneux avec la photographie pour ne pas être mal perçu et susciter l’animosité, ne pas créer de malentendu, de malaise, d’incompréhension! Le polaroid est un allié « magique » qui permet de donner l’image à la personne photographiée.

Alexandre Bouchon
Le photographe nous présentera 2 diptyques : “Swimming Pool” et “Les Naufrageuses”

Thomas Fabiani
De la photographie urbaine en pose longue avec un accompagnement sonore !

 

13096075_1334371196591960_3136971660052748489_n

© Superficielle

13151939_1339257762769970_4405439990927590221_n

© Emmanuel Ferrand

1936168_1329135157115564_1740285507648430470_n

 

Recommended Posts

Leave a Comment