Livre “Exotic Marseille” – Regards croisés sur la ville

Cette semaine je vous parle d’un petit livre photo qui sera présenté lors du festival Rebel Rebel au FRAC PACA le weekend prochain : EXOTIC MARSEILLE.
En plus de la photographie, je m’intéresse beaucoup à la manière qu’ont les visiteurs de voir Marseille, lorsqu’en plus c’est en photographie que c’est raconté je me sens obligé d’aller voir !

Exotic Marseille     Exotic Marseille

Pour ce livre photo, “Exotic Marseille”,  Aurelien Ciller photographe marseillais et membre du collectif WER Ulysses a invité le temps d’un été Milena Villalón photographe espagnole vivant à Berlin. Ils partagent leurs visions de Marseille de manière libre et en argentique. Les photographes ont choisi de ne pas se croiser ni de se concerter pour ne pas fausser le regard de l’un et de l’autre…

Le Révélateur phocéen les a contacté pour en savoir plus à ce sujet :

Révalteur phocéen : Aurélien, parles nous de ton collectif.

Aurélien : L’idée au départ était de réunir autour d’une exposition des photographes de toute l’Europe découverts au fil des rencontres afin de traiter d’une thématique commune : l’errance. Ulysses à été choisi comme symbole de cette errance que nous vivons et aussi de celle que l’on observe chez les gens qui nous entourent.
Créé avec ma collègue Hermine Naudin, le collectif voit le jour il y a 2 ans avec une première exposition collective en décembre 2014 à galerie Luxury Lobsters. 7 artistes font partie de l’aventure qui se poursuit par une tournée de présentation à travers l’Europe en 2015 qui s’est conclue à Porto.

RP : comment vous êtes-vous connu et pourquoi ce projet ?

Aurélien : Milena m’avait contactée après avoir vu mes photos et tout de suite une affinité s’est créée autour de la technique argentique. Ce projet est en quelque sorte la concrétisation de cette rencontre et surtout, de mon point de vue, une volonté de montrer au gens une autre image de la ville, loin des clichés !

Milena : Je suis allé à Marseille parce que j’ai lu un livre dessus et j’étais curieuse de voir comment était vraiment la ville. J’ai contacté Aurélien via instagram et après quelques discussions nous avons eu l’idée de faire un projet sur nos propres visions de la ville.

Aurélien CILLER 2015     Milena Villalon

RP : Parlez-nous de vous et votre photo…

Aurélien : J’ai démarré la photo il y a plus de 15ans. C’est mes escapades et résidences à travers l’Europe qui nourrissent ma pratique et me permettent de m’interroger sur les individus que je rencontre et le décor urbain dans lequel ils évoluent. Sur mes derniers projets et expositions je tente également d’inclure différents objets et de les placer en interaction avec mes photos, poussant ainsi les gens à réagir avec.
En parallèle, je m’investis de plus en plus dans l’auto-édition de livres photos. Aussi inconcevable que cela puisse paraitre à l’air du digital, je suis convaincu de la pérennité et de la valeur artistique du support papier. Ce qui me pousse à m’enregistrer comme éditeur indépendant l’année dernière… Je suis d’ailleurs à la recherche de photographes, d’écrivains ou encore d’illustrateurs qui auraient des projets éditoriaux et aimeraient les publier !

Milena : Je suis toujours curieuse envers mon entourage et je pense que mes photos essayent de refléter un état d’esprit, qu’il s’agisse du mien où de celui de quelqu’un d’autre.

RP : Certains clichés de l’un et l’autre présentés dans le livre se ressemblent, est-ce que la façon de voir Marseille par un marseillais peut être la même que celle d’un visiteur ?

Aurélien : Je pense qu’il y a avant tout une présence lumineuse tellement intense et agressive qu’elle submerge nos objectifs. Et je suis persuadé que les marseillais aussi prennent toujours un plaisir à parcourir leur ville et à s’étonner en la redécouvrant sous un autre angle.

Milena : C’est intéressant par ce que nous n’avons pas parlé des sujets que nous voulions photographier, c’était en quelque sorte très libre, mais je pense que si les photos sont similaires c’est en grande partie parce que nous avons des passions communes, et le graphiste Huy les a remarquablement bien ordonnées.
Quoi qu’il soit, Marseille est une ville qui s’explore et qui est remplie de sujets remarquables.

Aurélien CILLER     Milena Villalon

RP : Vous avez choisi la période estival pour ce projet, un période très active où se mêlent marseillais et touristes contrairement à l’hiver. Pourquoi l’été seulement ?

Aurélien : C’est une période où même les marseillais sont quelque part un peu en vacance dans leur propre ville. Ils s’autorisent beaucoup plus de choses qu’en hiver et font véritablement fusion avec la mer. Le choix de la couleur fonctionne parfaitement pour cette période, particulièrement sur Kodak Portra, alors que pour les saisons plus froides j’aurais plutôt privilégié un travail en
noir et blanc…

RP : Quels sont vos ressentis en terme de photographie après ce projet ? Marseille est-elle “facile” à photographier ?

Aurélien : Par sa topographie, son histoire, la ville possède déjà une esthétique singulière qui en fait un terrain de jeu idéal pour tout photographe. La difficulté consiste à en tirer quelque chose de cohérent et d’original !

Milena : J’aurais aimé me rapprocher plus des gens de j’ai vus ou croisés. Marseille est facile à prendre venant de l’extérieur, mais je pense que c’est difficile quand il s’agit de rentrer dans la “vie secrète”, les personnes paraissent agressifs et tiennent à protéger leur intimité.

RP : Après avoir comparé vos photographies et en avoir parlé, quelles conclusions faites vous ? (la photographie, la ville, votre photo perso, les habitants, etc…)

Aurélien : Nous sommes fiers d’avoir pu au final rendre ce modeste témoignage d’amour pour cette ville et ses habitants. Ce projet a véritablement renforcé mon admiration pour Marseille, et pas uniquement pour ses apéros au jaune et ses supions …

Milena : Nous étions très contents d’avoir notre zine sur Marseille finalement imprimé et j’espère que nous pourrons renouveler l’expérience avec une autre ville ! Nous en avons aussi conclue que Marseille est très cool et pleine de possibilités.

 

Plus d'image sur cette série ici : http://cargocollective.com/aurelienciller/EXOTISME-MASSILIOTE
Recommended Posts
Comments
  • Pierre
    Répondre

    Beau projet !

Leave a Comment