Anne-Sophie Landou, la sensibilité du quotidien

A la découverte d’une photographe marseillaise, Anne-Sophie Landou; une artiste qui travaille principalement en argentique. Passionnée par les arts visuels, elle pratique la photographie depuis plusieurs années.
Anne-Sophie est née à Toulon et vit à Marseille depuis ses huit ans ; elle est par ailleurs diplômée d’un master 2 de droit. Adolescente elle commence à pratiquer la photographie via les appareils jetables ce qui lui donne le goût pour l’argentique.

Aujourd’hui son travail et ses projets sont très influencés par les pratiques autour de l’image : le cinéma, le collage, la peinture, les livres pour enfants etc. La photographe travaille aussi bien en argentique qu’en numérique, ce qui compte pour Anne-Sophie c’est l’image ! Ses travaux montrent depuis ses débuts un rapport à l’intime et à sa vie de tous les jours ; la photographie l’aide à mieux se comprendre et à mieux appréhender l’environnement.

Fière de ses origines corses, avec la force de caractère qui va avec, elle aime « les choses crues », ce qui lui procure une émotion sur l’instant, capturer des moments du quotidien, de ses proches… Dans tout cela on retrouve bien entendu la nourriture et la cuisine !

celui dont elle ne voudrait jamais se séparer c’est le Contax T2 

La photographe se promène toujours avec un appareil sous la main, autour du cou ou bien caché dans son sac. Celui dont elle ne voudrait jamais se séparer c’est le Contax T2 ; elle s’amuse aussi souvent avec des appareils jetables qui sont plus « instinctifs ». Comme elle aime à le dire, elle ne rentre pas vraiment dans un genre photographique : « je fais du Anne-Sophie ». Parmi ses inspirations on retrouve sans surprise William Eggleston en première place, mais aussi la photo de mode, les arts plastiques et la nature.

©Anne-Sophie Landou
©Anne-Sophie Landou

Côté productivité, Anne-Sophie Landou ne chôme pas.

Dans sa vie de tous les jours elle aime changer la réalité par le biais d’autoportraits avec des jeux de maquillage selon son humeur ou ses envies, créant ainsi une série fantasque apportant une réflexion sur l’image, le selfie et la représentation de la femme.

Pop Pop Pop
Un autre projet parallèle qui rejoint l’interrogation qu’Anne-Sophie peut avoir sur la portée des images dans notre société. Il s’agit de photographies qu’elle retouche, parfois à l’extrême, faisant ressortir le grain, saturant les couleurs pour un rendu « cartoon », parfois vintage.

Paper Cut
Un projet au croisement de l’archive et de la photographie. Anne-Sophie récupère d’anciennes images personnelles, parfois monochromes, parfois rendues monochromes a posteriori. Comme des coupures de journaux qui racontent des faits divers.

Je veux apprendre à aimer la ville

Son lien avec Marseille est plutôt compliqué, l’artiste est un être sensible dans une ville parfois dure et violente. Selon Anne-Sophie Marseille est difficile à photographier, la lumière pouvant être trop crue, et les lieux personnes difficiles à photographier. Depuis peu la photographe s’est motivée et donnée un objectif : « Dompter Marseille ». Je lui ai bien-sûr demandé des précisions car on ne dompte pas Marseille comme ça ! Anne-Sophie : « Je veux apprendre à aimer la ville ».

©Anne-Sophie Landou
©Anne-Sophie Landou
Pop Pop Pop
©Anne-Sophie Landou
Pop Pop Pop ©Anne-Sophie Landou
Pop Pop Pop
©Anne-Sophie Landou
Pop Pop Pop ©Anne-Sophie Landou
©Anne-Sophie Landou
©Anne-Sophie Landou
©Anne-Sophie Landou
©Anne-Sophie Landou
Recommended Posts

Leave a Comment